Le projet Mohole

L’histoire du forage océanique scientifique a commencé avec le projet Mohole. Ce projet, initié aux Etats-Unis à la fin des années 1950 par le groupe AMSOC – American Miscellaneous Society (comprenant entre autres Harry Hess, Walter Munk, et Roger Revelle) et financé par la National Science Foundation (équivalent américain du CNRS – Centre National de la Recherche Scientifique en France), avait l’ambition de forer l’ensemble de la croûte océanique, jusqu’au manteau en traversant la discontinuité de Mohorovičić, ou Moho. A cette époque, le puits de forage le plus profond (~8000 m) était continental et destiné à l’exploitation pétrolière. Le projet Mohole était également une réponse de la communauté des Sciences de la Terre aux programmes spatiaux qui étaient en plein essor à la fin des années 1950.

Le navire de forage CUSS 1

C’est en mars-avril 1961, à proximité de l’île de Guadalupe, une île mexicaine située au large de la Basse-Californie, que le navire de forage CUSS 1 (nommé d’après la compagnie pétrolière Continental, Union, Shell and Superior) expérimente avec succès le positionnement dynamique (technologie permettant à un navire de forage de garder une position stable à l’aplomb d’un puits) et fore 5 puits dans le plancher océanique sous plus de 3500 m d’eau (un exploit technique pour l’époque !). Le puits le plus profond atteint 183 m sous le plancher océanique. Lors de cette expédition, quelques centaines de mètres de sédiments d’âge Miocène (5,3-23 millions d’années) et ~13 m de basaltes sont carottés ; c’est la première fois que des basaltes sont forés directement dans la croûte océanique. Le déroulement de cette opération extraordinaire a été reporté dans le magazine Life (14 avril 1961) par le romancier et océanographe amateur John Steinbeck qui a embarqué à bord du CUSS 1.

Les scientifiques étudient les carottes à bord du CUSS 1

Cette première phase du projet fut un immense succès aussi bien scientifique que technologique. C’est pour cette raison que le 14 avril 1961, le président Américain John F. Kennedy adressa un message de félicitation à la National Academy of Science : « I have been following with deep interest the experimental drilling in connection with the first phase of project Mohole. (…) The people of the United States can take pride not only in the accomplishment but in the fact that they have supported this basic scientific exploration. ».

Face aux défis technologiques et aux coûts exorbitants qui étaient nécessaires à la réalisation de forages plus profonds, ce premier succès n’a malheureusement pas eu de suite et le projet s’est officiellement achevé en 1966. Il faudra attendre le démarrage du projet DSDP (Deep Sea Drilling Project) pour que l’aventure du forage océanique scientifique continue.

Si vous voulez plus d’informations sur le projet Mohole, vous pouvez consulter le site en anglais http://www.nationalacademies.org/mohole.html consacré au 50ième anniversaire du projet Mohole ou consulter les ouvrages suivants :

  • Williard Bascom (1959) The Mohole. Scientific American, v.200, n. 4, 1959.
  • John Steinbeck (1961) High Drama of Bold Thrust through Ocean Floor. Life, 14 april 1961.
  • Gordon Lill and Willard Bascom (1959) A Bore-Hole to the Earth’s Mantle: AMSOC’s Mohole. Nature, v. 184, p. 140-144.
  • Willard Bascom (1961) A Hole in the Bottom of the Sea – The Story of the Mohole Project. Garden City, New York – Doubleday & Company, Inc.
  • Damon Teagle and Benoît Ildefonse (2011) Journey to the mantle of the Earth. Nature, v. 471, p. 437-439.